Essai-Roman
Henri Weigel « Les fruits amers »
Rédigé par: Jean Marc Lebeaupin
22/12/2015 4:45
Henri Weigel « Les fruits amers » 

Les amateurs de thriller attendent toujours avec impatience et se réjouissent de la sortie de chaque nouveau roman d’Henri Weigel. Voici « Les fruits amers », une fresque historique aux sombres rebondissements.

Ils avaient été des milliers de lecteurs à avoir été séduits par « Le côté sombre de la loge » et « Les héritiers de la loge » ; le nouveau roman d’Henri Weigel est une invitation à un festin macabre, celui de la cavale haletante d’Abel et de Sabine. Par sa plume incisive et directe qui fait tout son talent, l’auteur a ficelé, de 1943 à 1952, un roman noir, de Chamonix à l’Algérie en passant par l’Italie, à un rythme soutenu, sans temps mort.

Un thriller qui remonte le temps. Et prend aux tripes. Si Abel entre dans la résistance en 1943, ce n’est pas un hasard. Il doit se cacher pour un meurtre dont il est accusé. C’est le début de sa longue histoire… A la Libération, orphelin, il entre à l’école militaire, mais ses démons blonds sont toujours là. Lors de son procès il rencontre Sabine, pour le meilleur et pour le pire… Le couple fuit à Chamonix, puis en Italie, puis en Algérie, puis… Abel est dominé par ses pulsions. Les rencontres qui jalonnent son chemin ne l’aident pas à les vaincre, bien au contraire…

Les Fruits amers est le cinquième roman d’Henri Weigel, auteur dont la qualité des romans est prouvée par son lectorat de plus en plus nombreux. C’est aux éditions Chum que l’ouvrage a été publié, en mai 2015. Une belle opportunité pour Henri Weigel, dont les livres seront désormais distribués par Hachette. Une opportunité également pour cette jeune maison d’édition indépendante et exigeante, qui hérite de l’aura d’un auteur en pleine dynamique et dont la capacité littéraire est exponentielle, sa notoriété acquise sur internet et son aura médiatique figurant en très bonne place.

Les éditions Chum proposent des romans historiques ou d’anticipation, populaires ou d’évasion, mais aussi nouvelles et contes, ornent le catalogue alléchant de la jeune maison d’édition. Gilles Brancati insiste sur la qualité littéraire de ses choix : Je ne changerai pas d’objectif, un bon livre c’est une bonne histoire bien écrite. Et j’insiste sur bien écrite…

Henri Weigel se dit également heureux d’intégrer une structure qui va permettre à son succès grandissant de s’élargir encore, notamment via une diffusion nationale de véritable envergure. Mais pourquoi CHUM ? CHUM est un mot québécois qui signifie : copain, ami. C’est ce que la maison revendique comme fer de lance : un groupe d’amis qui se retrouvent au sein de l’aventure du livre et de sa publication. Gilles Brancati sélectionne en effet ses auteurs avec soin, mais ensuite il se dévoue entièrement. Sa conception de l’édition n’est pas mercantile, même s’il souhaite en tirer le plaisir du succès.

 

Commentaires de lecteurs du livre "Le Fruits Amers" d'Henri Weigel


Pierre-Yves DM
Salut Henri,
Un petit message pour te dire que j'ai fini de lire "les fruits amers" :
Quel destin pour ce jeune Abel ! (et Sabine)
J'ai adoré leur fuite, surtout leur passage en Algérie où tu décris des villes dont mes parents m'ont tant parlées, le vocabulaire aussi à réveillé ma mémoire. Merci pour tout cela.
Tu as également pensé à des détails de l'époque comme les véhicules, vêtements, l'argent et les habitudes des personnes, bref c'est comme un film de ces années là couché sur papier.
Et la fin tragique, Abel qui revient mourir vers les siens, bien vu! C'est certainement leur perte qui l'avait conduit sur ce destin.
Je ne suis pas étonné que tu réalises de belles ventes

Prescillia T
J’ai beaucoup aimé, il y a beaucoup d’action, pas un chapitre sans évolution dans l’histoire. J’ai adoré les descriptions de la région à une époque où je n’étais pas encore née. La fin je ne m’y attendais pas mais en y réfléchissant bien, ça ne pouvait pas se terminer autrement.
Pamela R.
Je viens de finir votre livre à l'instant. J'ai adoré !
Quel livre me conseillez vous a présent ?
Amicalement,
Paméla
  
Pamela R.
Bonsoir M. WEIGEL, c'est Paméla de Cultura. Je voulais vous remercier pour votre dédicace, et vous dire que votre livre est génial. .Bonne fête de Pâques. À bientôt, cordialement. Pamela.

Gabrielle B.
Un petit mot pour dire que c'est un grand plaisir de vous lire, je découvre votre livre tranquillement. Je ne suis qu'a la moitié de l'aventure, je lis à ma pause repas, c'est un moment privilégié.
Je suis totalement dans l'histoire les personnages les décors l'ambiance est parfaitement palpable!
il est en prison et va rencontrer Sabine...
Merci
Gabrielle une lectrice de Toulouse
Dédicace à Cultura Portet sur Garonne

Éliane M.
J'avais beaucoup aimé les précédents romans de Henri Weigel : Les vérités soustraites, Le côté sombre de la loge, les héritiers de la loge.
Ce dernier ouvrage; "les fruits amers" m'a enchantée. J'ai été passionnée dès les premières lignes jusqu'à la fin très émouvante.
Ce roman est très abouti ,on sent chez l'écrivain un bonheur d'écrire.
J'attends avec impatience le prochain ouvrage.

Thierry C. 
Cher Monsieur Weigel. Tout n'est affaire que de circonstances", aviez-vous dédicacé le livre "Les fruits amers" que j'avais acheté au salon du livre de Sainte-Cécile-les-Vignes, le 21 juin dernier. Cet arrêt à quelques kilomètres de la maison de Montségur-sur-Lauzon où nous passions une semaine de vacances était en effet un pur hasard... une circonstance. Et il en est que l'on ne regrette pas : l'achat de votre livre a été une heureuse initiative. Quel plaisir ! Les circonstances (encore elles !) ne m'ont pas permis de le lire (retour au pays, travail) plus rapidement que je ne l'aurais souhaité. Mais en fin de compte, quelle joie d'avoir parcouru les 313 pages. Au risque de vous faire rougir (le rouge du plaisir, pas celui du sang...), je vous confesse considérer "Les fruits amers" comme un des cinq meilleurs polars/thriller lus ces trois dernières années. Et j'en lis 3 à 4 par mois... En fin de compte, mon seul regret est la mort d'Abel : j'aurais tant voulu lire une suite de ses aventures... Je souhaiterais acheter deux exemplaires pour les offrir à mes enfants. Puis-je les acquérir auprès de vous ? De même, où et comment acquérir vos autres ouvrages ? 
Nota bene : il y a ici et là quelques petites fautes de frappe qui ne gâchent cependant pas le plaisir de la lecture. Une de celles-ci est aussi "une circonstance" : page 44, Abel est en mission à Lassogne, à 30 kilomètres de Marche-en-Famenne. Je suis né à Marche-en-Famenne et je peux vous certifier qu'il s'agit du village de Nassogne (et non Lassogne) 
Toutes mes félicitations encore pour ce merveilleux livre et merci de répondre à mes questions... Bien cordialement, Thierry 
  
Véronique M. 
La trame de l’histoire est très intéressante et bien menée. Le personnage d’Abel est bien construit. Le style est clair et concis. L’évolution de la spirale de violence dans laquelle Abel est pris est bien amenée, et le couple à la Bonnie and Clyde qu’il forme par la suite avec Sabine donne un deuxième ressort au récit. L’auteur nous tient en haleine jusqu’à la fin du livre, même si l’on se doute que cette folie meurtrière aura une issue puisque l’étau se resserre petit à petit autour d’Abel et de Sabine. La montée de l’engrenage dans lequel Abel est pris malgré lui s’enchaîne de manière rationnelle jusqu’à l’issue fatale.
Les personnages sont très intéressants et charismatiques. Abel, qui, suite à la rencontre avec une jeune femme blonde qui l’initie aux plaisirs de l’amour, tombe dans une spirale dévastatrice de violence et de mort. Sabine, brillante avocate à l’avenir tracé, qui révèle, après l’assassinat de son amant par son ex femme, sa part d’ombre aux côtés d’Abel. Pierre Payen, camarade d’école d’Abel, qui le fait rentrer dans la résistance. Pierre Baye son ami dans l’armée avec qui il fréquente Ainaya et Fatou. Ainaya et Fatou dont Abel et Pierre sont amoureux et qu’Abel va tuer. Et de nombreux autres personnages au fil de l’histoire : Claudine « l’ange blond » originel, les américaines, la fille de la plage et son amant, les copains du maquis, les supérieurs de l’armée, les commissaires et juges. En conclusion l’histoire est originale et réaliste. Les situations de violence dans lesquelles Abel se retrouve s’enchaînent de façon cohérente, et la manière dont il s’en sort à chaque fois est tout à fait pertinente. La psychologie des personnages est bien analysée. Sauf peut-être la réaction très masculine des femmes, prises d’un désir irrépressible à la vue d’Abel. Le récit et l’intrigue sont bien menés, et l’histoire, tout à fait crédible, tient le lecteur en haleine jusqu’au bout. Les périodes de guerre et de Résistance sont intéressantes et bien racontées ainsi que la vie en Algérie. L’écriture est agréable.